Home / Santé / Comment choisir son simulateur d’aube ?

Comment choisir son simulateur d’aube ?

On est souvent en retard parce qu’on s’est réveillé un peu trop tard. On ne se sent pas bien parce qu’on s’est mal réveillé. Le simulateur d’aube a été conçu pour éviter ces problèmes de sommeil et de réveil. Le simulateur d’aube est la combinaison subtile entre une lampe de chevet et le réveil matin. Si le simulateur d’aube a aujourd’hui envahi les rayons des magasins, il faut savoir bien le choisir. Il y a quelques critères à prendre en compte pour choisir entre les différents modèles proposés.

L’intensité de la lumière émise

Ce critère est le plus important à prendre en compte. Pensez à prendre un simulateur d’aube qui délivre entre 5000 et 10 000lux pour que le réveil soit optimal et progressif. Avec une intensité plus élevée, vous risquez de couper court à votre sommeil. En deçà, le simulateur sera tout simplement inefficace. Avec cette fourchette, vous pourrez émerger de votre sommeil entre 20 et 40 minutes, idéales pour bien se réveiller.

Les options du simulateur

Vous avez les simulateurs d’aube de base qui fait progresser la lumière de façon automatique et continue. Mais vous avez également la possibilité avec certains simulateurs de programmer votre réveil selon votre état. Un simulateur peut être programmé pour vous émerger jusqu’à 90 minutes si vous avez le sommeil plus dur. Ce laps de temps peut être réglé si le simulateur est utilisé par une autre personne.

D’autres simulateurs d’aube s’accompagnent également de musique lors de la progression. Cela a pour effet de donner encore plus de douceur au réveil et la garantie qu’une journée va bien commencer. Mais plus il y aura d’options, plus le prix sera cher. Pour un simulateur basique, vous débourserez aux alentours de 60€ tandis que le plein d’options pourra faire grimper le simulateur jusqu’à 250, voire 300€.

Check Also

Gastrite : comment lutter contre cette maladie ?

Lorsqu’on ne mange pas sainement ou lorsqu’on ne respecte pas les heures de repas, on …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *